En France, une entreprise sur deux rencontre des problèmes de trésorerie liés à des retards de paiement ou à des impayés,

et une entreprise sur quatre dépose son bilan à la suite de problèmes d’encaissement. 

 

Les professionnels du crédit client le martèlent: une gestion serrée du poste client est devenue impérative et doit intégrer une notion bien connue: le facteur temps. Il existe en effet un lien indubitable entre les chances de recouvrer sa créance et le temps qui passe ainsi que le démontre le tableau suivant: 

Les impayés « secs », représentent un risque évident sur la trésorerie de l’entreprise. Ils entraînent des frais (mobilisation de personnel, envoi de courriers, appels téléphoniques etc.) et supposent un travail ingrat de gestion pour les équipes comptables. 

 

De plus, il est un coût auquel on pense moins en cas de perte de sa créance: celui de l’énergie et des moyens qu’il faudra déployer pour la compenser. Cette fois, ce sont les équipes commerciales qui seront mises à contribution car elles devront corriger, par l’augmentation impérative des ventes, les pertes de rentabilité qu’implique un impayé :   

Aujourd’hui, de plus en plus de sociétés externalisent le traitement

des impayés et font confiance à des professionnels du recouvrement.